FORUM MUSIQUE DU MONDE
Bienvenue sur le forum musique du monde
FORUM MUSIQUE DU MONDE

D'EUROPE DE L'EST
 
ConnexionS'enregistrerAccueilCalendrierPortailGalerieRechercherFAQMembresGroupes

Partagez | 
 

 FESTIVAL PARIS BRASIL programmation 2005

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 451
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: FESTIVAL PARIS BRASIL programmation 2005   Mar 24 Jan - 13:21

CATIA WERNECK
Le 29 mars 2005 à 21h

Samba, bossa-nova

Sensuelle et envoûtante, Catia joue de sa voix suave et mêle Bossa-nova intimiste et Samba détonante. Son deuxième album “La vie en rose” qui sort en France en janvier 2005 ne fait que confirmer cette personnalité extravagante, à la fois timide et excentrique, romantique et fantaisiste…

L’histoire de Catia Werneck est riche et colorée comme un roman latino-américain. Catia est née à Rio de Janeiro dans une famille de musiciens. Son père, pianiste et guitariste, écoute exclusivement du jazz et de la bossa nova, mais bizarrement, interdit à Catia et son frère Carlos, futur bassiste, de jouer d’un instrument. En revanche, elle chante dès l’age de quatre ans, soutenue par son père qui lui donne parfois un cruzeiro contre une chanson et gagne le premier prix du Festival National de Rio (UFRJ : Université Fédérale de Rio de Janeiro) à 16 ans. Parallèlement, elle obtient un diplôme de professeur d’histoire, condition sine qua non imposée par ses parents pour continuer la musique. Aussitôt diplômée, elle abandonne les études et rentre dans le « circuit brésilien », embauchée par un des plus gros producteurs de Rio. De 18 à 22 ans, elle chante ainsi dans toutes les boîtes de nuit, et notamment le « 1.2.3 » célèbre boîte brésilienne…

En 85, on lui propose une tournée internationale avec 4 autres chanteuses pour une grande revue brésilienne. Elle part un mois à Broadway, avec « Black scandals », puis à Paris. La revue prend le nom « Brazil en fête » et devient tristement célèbre. Les producteurs du spectacle disparaissent sans payer les musiciens, le scandale fait la Une des journaux... Commence alors une période difficile pour Catia. Contrairement aux autres musiciens de la troupe, elle refuse de retourner au Brésil et veut prouver à ses parents qu’elle sera musicienne… Paradoxalement, c’est pendant cette période de « galère » que Catia commence à chanter dans tous les clubs de la capitale. La « bande des Brésiliens » investit ainsi le Baiser Salé, le Memphis Melody et trouve facilement du travail. C’est à cette époque qu’elle rencontre Marcello Ferreira, qui deviendra par la suite son ami, guitariste et auteur-compositeur attitré.

A 23 ans, elle est engagée pour une tournée américaine de 3 mois (« Brazil Tropical » où elle rencontre George Benson, Rachel Ferrel). Ensuite suivent les Festivals, Nice (de 90 à 92 avec « Boto nuevos tempos »), Montreux… A cette période, c’est en tant qu’interprète seulement que Catia intervient.

On la retrouve notamment avec Touré Kunda, Patrick Bruel, Didier Sustrac, Chico Buarque, Gilbert Bécaud, dans des musiques de films (Cosma) sous les noms de Catia, Catia Carvalho, Catia Constantin, Catia Werneck… Mais si elle a plusieurs noms, elle n’a qu’une réputation : c’est « LA » chanteuse brésilienne qui se partage entre le Brésil et Paris.

Le premier album solo « Estrela do sultao », sortie en mars 2001, révèle la personnalité de Catia Werneck, auteur compositeur et chanteuse brésilienne. Pour ce 1er Opus, « Estrela Do Sultao », Catia Werneck a composé cinq des dix titres qu'elle interprète. Carlos Werneck (le frère), épaulé par Marcelo Ferreira, réalisent l'album. Des musiciens français, l'incontournable Alain Debiossat au saxophone soprano, William Leconte aux claviers, dialoguent avec des Brésiliens : Edmundo Carneiro et Toni Oliveira aux percussions. Dès lors, tout devient facile. De sa voix douce et langoureuse, Catia donne du rythme sur une samba tendre et captivante, et partage son swing sur une bossa ensorcelante.

http://raleurprod.free.fr/pages/world.html
La formation
Werneck Catia : Chant
Ferreira Marcello : Guitare, chœurs
Werneck Carlos : Basse, chœurs
Lecomte William : Clavier
Bras Christophe : Batterie


MARIANA DE MORAES
Le 30 mars 2005 à 21h

Entre Samba & Bossa Nova

Mariana de Moraes, fille d’Ipanema (mythique plage de Rio) a baigné dans les effluves de la musique, tout comme son amie d’enfance Bebel Gilberto. Il y a un an encore, elle était présentée comme « la petite fille de… » -en l’occurrence Vinicius de Moraes, diplomate, poète, musicien, compositeur associé à Tom Jobim et consacré universellement en temps que « père de la bossa nova »-. Aujourd’hui, Mariana s’impose en tant que telle. Son timbre chaleureux, sa voix douce et enchanteresse, en font sans conteste une des voix, une des divas brésiliennes des plus remarquable. Ce n’est pas pour rien si elle sera l’ambassadrice de cette quatrième édition de Paris-Brasil !!

Ce sont d’abord ses précoces talents d’actrice qui la révèlent au public brésilien dans son adolescence à partir de 1984 : six longs métrages, cinq pièces de théâtre et, comme il se doit dans son pays, des rôles substantiels dans plusieurs telenovelas. C’est presque tardivement, en 95, qu’elle opte pour la musique. De nombreux shows au Brésil, avec de prestigieux partenaires, Maria Bethânia, Toquinho, Luiz Melodia, Moreno Veloso. Deux albums, le premier, un live, en 98 avec Elton Medeiros, un parrain de la samba, et Zé Renato (meilleur concert de l’année en 99), puis un second enregistré à Los Angeles, non distribué en Europe (2002).

Bien sûr, Mariana de Moraes pioche dans le la mine de perles de la bossa nova (y compris quelques textes inédits de son grand-père), mais elle n’a pas son pareil pour exhumer de vieilles sambas qui fleurent bon le pavé (et le sable) de Rio. Une douceur qui émane aussi de quelques pépites empruntées à ses parrains de toujours, Caetano Veloso, Gilberto Gil, plus la reprise miraculeuse d’un blues d’Henri Salvador des années 60, “ Barbarie ”.

Après avoir réalisé sa première scène parisienne chez nous en 2003, au SATELLIT Café (fierté oblige…), Mariana nous fait l’honneur en plus de venir envoûter scène et public, de parrainer cette nouvelle édition de notre rendez-vous brésilien annuel !! C’est donc avec enthousiasme et impatience que nous recevons en cette Année du Brésil en France, cette grande dame de d’Ipanema. Un délicat moment d’émotion en perspective…


NAZARE PEREIRA
Le 31 mars 2005 à 21h

« La voix de la forêt »

Nazaré Pereira n’a plus besoin d’être présentée. Pour sa venue au SATELLIT Café dans le cadre de la 4ème édition du festival PARIS-BRASIL, elle a choisi d’orienter son répertoire comme un hymne à l’amour pour sa région natale : l’Amazonie…

Nazaré chante les musiques du nord et du nord-est du Brésil, bien différentes des sambas et bossa novas du sud, plus développé. La musique du nord du pays reflète une vie simple, une région encore pure et non contaminée par le progrès. Les mélodies et les textes de ses chansons, sont souvent influencés par les traditions portugaises ainsi que par les légendes des indiens du pays, auxquelles se mêlent les rythmes des percussions africaines.

Née à Xapuri, un petit village de l'état d'Acre, près de la frontière qui sépare le Brésil de la Bolivie et du Pérou, Nazaré grandit au coeur de cette Amazonie sauvage et mystérieuse, où la magie de la nature favorise l'éveil de tous les sens. Ses chansons parlent de ce monde naturel, et de sa nostalgie de ce pays beau et lointain.

La simplicité de la musique de Nazaré pourrait être la clé de sa réussite. Elle maintient des liens forts avec son pays, son peuple et la nature magnifique environnante. Les textes de ses chansons parlent souvent de sa région natale. Ils décrivent la forêt, les eaux, et les légendes qu'elle a apprises pendant son enfance: Xapuri do Amazonas, son village, Boi do Amazonas, un mythe indien sur un taureau, Riacho do Navio, l'histoire d'un petit ruisseau qui devient un grand fleuve, Rio São Francisco, Ilhas de Marajó, les îles de l'estuaire de l'Amazon. Nazaré chante les compositions des grands musiciens du nord du Brésil - Luiz Gonzaga, João do Vale, Waldemar Enrique - mais elle est aussi l'auteur de plusieurs belles chansons, où elle accorde une attention particulière aux enfants qui sont toujours dans le coeur du peuple brésilien.

http://www.nazarepereira.hpg.ig.com.br/francoise/nazarefra.htm
La formation
Tarzan : Percussions
Pinto Gondin Tarcisio : Guitare
Pereira Nazaré : Chants
Paoli Christian : Percussions
Lahav Salit : Accordéon, flute, saxophone
Ferreira Nelson : Guitare

LUIZ DE AQUINO TRIO - 05 Avril

L’ambassadeur des nouvelles sonorités brésiliennes

La musique de Luiz de Aquino prend ses racines au Brésil, où il est né, et c’est en France où il vit depuis près de vingt ans, qu’elle s’épanouit. Ce qu’il est, et la vie qu’il a choisie forment cette alliance à la fois sentimentale et culturelle entre la France et le Brésil.

ROMULO ET VALERE
Le 06 avril 2005 à 21h

Douze cordes et deux voix du Brésil

Rômulo et Valère se sont rencontrés au sein du groupe Caminho en 2003. A l’image de ce pays immense qu’est le Brésil leur répertoire est : métissé. A deux voix et à deux guitares, ils offrent un voyage musical à travers tout le Brésil, interprètant avec sensibilité les grands classiques de la bossa-nova, en passant par le samba partido-alto, les musiques traditionnelles du Nordeste et sans oublier la musique de la nouvelle génération (Lenine ou Chico César).

Après avoir étudié pendant plusieurs années le saxophone et la clarinette à Sao Paulo, Rômulo Gonçalves se tourne à l’âge de 15 ans, vers la guitare qu’il ne quittera plus. Entre 1999 et 2000 il remporte plusieurs concours régionaux (meilleur chanteur, guitariste et compositeur en 1999, Mato Grosso). Afin de découvrir la richesse et la diversité musicales de son pays, il voyagera dans cet immense Brésil pendant plusieurs années, avant de venir s’installer en France. Rômulo devient alors un habitué de la scène bordelaise, participe au festival Brésil Métis, à Ciné Clins d’œil en 2003 (Bordeaux), au Festival La casa à Perpignan (2003 et 2004), à plusieurs vernissages de la peintre Laurence Hornung et inaugure les soirées « Enloft » projet culturel original produit par Marc Flamand à Poitiers. Il joue également dans d’autres formations comme Caminho (Poitiers), Fada do Samba (Toulouse) et dans un duo de « repente » avec le vielliste Augusto de Alencar.

Valéry Bertrand découvre la guitare tardivement avec les sons rutilants de Jeff Beck , Robben Ford et bien d’autres. C’est un peu plus tard que le jazz et les musiques rythmées (reggae, cubain, créole) entrent dans son univers musical, notamment grâce à Olivier Savarieau, professeur diplômé du Conservatoire Supérieur de Paris, avec qui il étudiera l’harmonie et l’improvisation.

Après quelques années de concerts au sein de plusieurs formations (jazz, bues, latino), Valéry se tourne vers l’enseignement et donne des cours de guitare et encadre des ateliers de groupe à « l’Arc Musical » (école associative niortaise). Parallèlement, un projet d’album va aboutir avec un collectif de professeurs, un disque de compositions originales qui sera vendu à 300 exemplaires. Suite à cela, vont suivre d’autres enregistrements avec différentes formations, dans des styles allant de la chanson blues au reggae en passant par les chants de marin et le jazz. Dans cette même période vient la rencontre avec Vania Dombrowszky (violoncelliste, chanteur, compositeur) et Hogea (accordéoniste tsigane). Ces artistes de l’Europe de l’Est vont faire voyager Valéry au cœur de la musique tsigane (Roumanie, Hongrie) et séfarade (musique juive espagnole), au sein du groupe Zhar, qui se produit en France et à l’étranger.

La dernière rencontre importante de Valéry fut celle avec le Brésil et ses cultures métissées. En 2000, un projet socioculturel va voir le jour, grâce à une résidence de deux mois et demi dans le Nordeste brésilien et la création d’un spectacle musical qui sera joué en France et au Brésil en 2001. Depuis ce jour, un lien particulier s’est noué entre Valéry et la musique brésilienne. Les différentes rencontres ont fait naître un duo de guitares et une relation complice très forte avec Rômulo Gonçalves, guitariste et chanteur au talent sans conteste.


La formation
Gonçalves Rômulo : Chant, guitare
Bertrand Valéry : Chant, guitare.

_________________
FORUM MUSIQUE DU MONDE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.opama.fr
 
FESTIVAL PARIS BRASIL programmation 2005
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Africantape Festival | 29.04 au 01.05.11 | Lyon
» Spectacle 2ème édition du festival Taala Wa Shouf 2 (Paris)
» Tohu - Bohu Festival (Sierre) - 15-16 septembre 2006
» Pitchfork Music Festival | 28-29.10.2011 | Paris
» Pitchfork Music Festival | 1-3.11.2012 | Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM MUSIQUE DU MONDE :: CONCERTS/FESTIVALS/EVENEMENTS-
Sauter vers: